jeudi 21 février 2013

[SSIS] Legacy mode vs modèle de déploiement de projet.

Vous ne le savez peut-être pas, mais la dernière version de SSIS a connu de nombreuses modifications. L’une d’entre elle est l’unité de déploiement. Cette modification va chambouler nos habitudes de développeurs en amenant la notion de modèle de déploiement projet.

Pour les nouveaux projets démarrant sur 2012, le choix du type de projet se pose dès la phase de conception (voir même avant). Et pour ceux qui aimeraient migrer leur projets SSIS en 2012, la question de migration dans le nouveau mode se pose, bien qu’elle n’ait rien d’obligatoire.

Ce mode de déploiement est le mode par défaut. Cependant, à tout moment, il est possible de convertir son projet SSIS de mode projet vers mode package et réciproquement. Bien que la conversion ne sera sans doute pas sans douleur en fonction des spécifités d’organisation et devariabilisation inhérente à votre projet.

Le projet SSIS à la mode 2005 qui aura tenu 3 versions a été relégué au rang de mode Legacy. Il n’est cependant pas supprimé (bonne nouvelle). Les 2 types de projets existent et peuvent coexister. Cependant avec un nom comme Legacy, sa pérennité n’est vraisemblablement pas assurée.

Voici un petit listing des + et des – du nouveau mode. Cela n’engage que moi. N’hésitez pas partager votre retour d’expérience sur vos implémentations du nouveau mode en commentant mon article.


    Avantages du nouveau mode :
  1. Le logging est natif et un jeu de rapports standards est fourni.
  2. Les déploiements sont versionnés il est possible de revenir à une version précédente sans effort en cas d’anomalie.
  3. La paramétrisation des propriétés offre plus de stabilité que la version précédente, dans laquelle les propriétés étaient identifiées par leur nom.
    Points faibles et manquement :
  1. L’impossibilité de partager des paramètres au-delà du projet empêche de découper le projet ETL en unité plus fine. Avec une paramétrisation projet, il faut définir et maintenir tous les paramètres partagés entre tous les différents projets de l’instance.
  2. Le travail en équipe est rendu moins facile. Il devient difficile de faire travailler des développeurs sur des sujets séparés au sein de la même solution. Ou sinon de bien faire attention à ne jamais récupérer du gestionnaire de code source (Source Safe, TFS, etc …) une autre version de package que la dernière valide afin de pouvoir builder son projet et ne pas causer de régression. Et si jamais un développeur doit faire des modifications au niveau du projet (paramètre, ajout d’un package, etc ….), cela peut s’avérer compliqué.
  3. L’impossibilité d’appeler un même package avec plusieurs environnements d’exécution. On peut comprendre qu’il ne soit possible de n’exécuter qu’un seul environnement par exécution du fait de son nom. Mais dans les versions précédente il était possible d’affecter plusieurs configurations pour traiter le spécifique et réutiliser des configurations communes. Ceci aurait pu donner plus de flexibilité pour le développeur.
  4. L’impossibilité de classer les environnements dans des répertoires. Dans des projets de grande ampleur, cela peut devenir vite indigeste.

Le nouveau mode offre de nouvelles possibilités, mais impose aussi beaucoup de contraintes. A mon sens, il a plutôt vocation à faciliter les échanges entre une équipe de développement et l’exploitant (ou la personne qui réceptionne le livrable). Néanmoins, dans des projets d’envergures, pour des projets d’alimentation sur des domaines fonctionnelles indépendant mais mutualisable, ou pour la maintenance évolutive, ce mode dans son état actuelle est moins adapté que le mode Legacy.

Pour les nouveaux projets la question est légitime : partir en mode projet ou legacy. Pour les projets de migration vers 2012, pour ceux qui ont investi beaucoup de temps et d’argent dans une structuration de leur projet, je leur conseillerais de migrer leur solution ISO sans passer au mode projet. Rien ne presse. Microsoft dévoilera bien assez tôt ses intentions sur le mode Legacy. Et là ce sera le moment d’agir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire